Page d'archive 4

1874 : mairie-école

1874 Acquisition du terrain pour la construction de l’école et de la mairie auprès des dames de la charité de la Délivrande.

1874 le 11 décembre : La commune de Blainville, d’une population de 351 habitants entretient une école mixte. Cette école est installée dans un local ancien, exigu et insalubre, qui n’est susceptible d’aucune appropriation convenable. Pour remédier à cette situation, l’on se propose de faire ériger une construction nouvelle. Le projet avait déjà été soumis au conseil départemental dans sa séance du 14 août  ;  il avait été rejeté parce que le plan ne satisfaisait pas aux justes exigences d’une bonne installation. Dans le nouveau plan remis par monsieur Viray, architecte à Caen, il a été tenu compte des observations qui avaient été faites.

L’emplacement d’une contenance approximative de dix ares occupe une position centrale, près de l’église, il est bien situé à tous les points de vue  et éloigné de tous voisinage dangereux pour les mœurs ou la salubrité. Le bâtiment projeté se composera de  deux classes, l’une pour les garçons, l’autre pour les filles. Elles auront les dimensions suivantes : longueur de 8 mêtres, largeur de 6.65 mètres, soit 53.20 mètres², hauteur de 4 mètres, soit une surface totale de 212.800 mètres cubes.

L’espace sera suffisant pour un nombre total de 52 élèves, à raison de 15 % du chiffre de la population totale de la commune.

Ces classes séparées par une cloison, avec des entrées distinctes, convenablement éclairées et aérées au moyen de deux fenêtres et de deux portes vitrées seraient peut être plus avantageusement disposées si, comme l’indique monsieur l’inspecteur primaire dans son rapport en date du 10 courant, on plaçait l’estrade au point C et la cloison séparatrice dans la direction CD. Les deux cours seront séparées, les lieux d’aisance ainsi que les urinoirs paraissent bien placés et facile à surveiller de la classe, de la cuisine et de la salle à manger de l’instituteur.

L’ouvroir situé au 1er étage, au-dessus de la classe occupera une belle pièce éclairée au moyen de trois fenêtres.

Le logement de l’instituteur se composera au RDC, d’une cuisine et d’une salle à manger, au 1er étage de deux chambres à feu et d’une petite chambre froide. Toutes ces pièces paraissent suffisantes, elles seront totalement distinctes de la mairie qui se trouve au RDC, ainsi que du logement de la maîtresse d’ouvroir situé au 1er étage et comprenant une cuisine et une chambre à coucher auxquelles on accèdera par un escalier particulier.

Enfin, l’instituteur aura à sa disposition deux petites caves et un jardin.

Terrain abandonnée par les soeurs de la Délivrande « la luzerne » faisant face à la ferme de monsieur Rozier, à partir de la ferme de monsieur Marion jusqu’à l’angle de la demi-lune formant l’entrée de la dite pièce de la luzerne.

Xavier BURES

Archives Départementales du Calvados 

1840 : Fabrique de l’église

1840 La fabrique de blainville a pour ressources :

- le fermage du cimetière,

- les produits des quêtes et troncs,

- des droits sur les inhumations,

- la location de bancs et bancelles de l’église pour 240 francs de revenus par an.

Les dépenses consistent à acheter de la cire, de l’encens, de l’huile et des chandelles ainsi que la rémunération des sacristain et custos.

Xavier BURES

A.D.Calvados

1820 : église

1731 le 2 avril : Réparation nef de l’église

Une imposition de 50 livres fut votée le 2 avril 1731 afin de procéder à la réparation de la nef de l’église qui en avait grand besoin.

1820 (sceau de blainville une couronne que surmonte 3 fleurs de lys).

Réparation du clocher et du mur du cimetière (réparation très urgentes). Réparation effectuée par le sieur Lemoine, couvreur à Caen et Victor Aubrée, maçon à Blainville.

Les bois de la toiture sont reconnus comme étant dans le plus mauvais état, avec un risque avéré d’affaissement.

15 juin 1857 : devis complémentaire pour la restauration de l’église. Il inclut : des carrés des plafonds dans le chœur et les chapelles, la sculpture des moulures des deux niches des chapelles, les carrés de dallages en pavés des aucrets ordinaires pour la nef, les chapelles et le chœur, des pavés incrustés pour le sanctuaire ainsi que des courants de marches pour l’appui et la communion.

Le devis comprend également une somme de 600 francs pour la construction de 20 bacs qui seront sis dans la nef, la construction de 4 grands bancs à dossier doublés en lambris, de 12 petits bancs.

1863 Travaux de l’église de Blainville.

Des travaux très importants sont à effectuer dans la nef de l’église. Le conseil de fabrique estime que l’intérêt de la sécurité publique exige que la voûte de l’église soit restaurée.

1007760.jpg  1007759.jpg

1868 Travaux de l’église.

Xavier BURES

Sources : A.D.Calvados

1931 : Poste

1931  Construction d’un bureau de poste.

L’habitat qui faisait office de bureau de poste dans les années 1930 accueille aujourd’hui le Centre Communale des Actions Sociales CCAS.

1924 : gendarmerie

1924 : création du poste de gendarmerie à pied route de Caen à Ouistréham.

Par décision en date du 6 juillet 1923, le Minsitre de la Guerre a décidé la création d’un poste fixe de trois gendarmes à pied à Blainville.

 

La municipalité a par délibération en date du 12 août 1923 décidé de loger les gendarmes.

Le bail mettant à disposition le bâtiment qui allait faire office de gendarmerie fut signé le 1er octobre 1924 pour une durée de neuf ans, soit jusqu’au 30 septembre 1933.

Le loyer annuel est fixé à 3000 francs.

les signataires furent joseph Lepeltier, maire de Blainville pour la commune et Maurice Hélitas, préfet du département du Calvados accompagné de Charles Fafet, chef d’escadron, commandant de la compagnie de gendarmerie du Calvados Pour l’Etat.

Le dit bâtiment est composé d’un bâtiment principal contenant trois logements, une cave, trois greniers, une chambre de discipline pour un total de 19 pièces d’une part.

Un bâtiment contenant les dépendances (2chambres de sûreté, deux celliers, une buanderie, un garage pour bicyclette et 2 Water Closets) d’autre part.


A cela on ajoute un bureau, une grande cour et un jardin.

Des travaux sont prévus avant le 1er janvier 1925, ceux-ci consiste à construire un bureau dans la cour, à aménager les dépendances en chambres de sûreté, ainsi que la buanderie, les celliers et le garage pour bicyclettes..

les réparations sur le bâtiment principal consiste à voir la toiture, à effectuer peintures et tapisserie, à aménager les combles du grenier et une chambre de discipline.

De plus, l’installation électrique sera réalisée, en outre l’électricité sera gratuite, de même que l’eau et l’installation des conduits et robinets nécessaires.

La grande cuisine était située à droite en face le canal.

Les murs du bâtiment sont à badigeonner de plâtre. Le sol des pièces est couvert de carrelage.

La façade du bâtiment est ravalée avec enduit et rustique tyrolien, les vieux enduits sont abattus et les pierres grattés.

Trois lucarnes sises au greniers sont à refaire en sapin rouge.

La couverture nécessite une dépose des tuiles, faiteaux de zinc pour une nouvelle couverture en tuile plate de Caen sur lattes en chêne.

Les travaux de réfection du bâti concerne notamment 10 lucarnes et 5 cheminées et l’installation de trois éviers en grès sur consoles scellés.

Démolition du puits.

Les travaux de menuiserie furent effectués par monsieur Olivier entrepreneur à Blainville, puis par Ménard concernant la maçonnerie, travaux de plomberie, installation électrique. 

L’ancienne gendarmerie vient d’être réhabilitée par le Pact’ARIM en 2010/2011.

Xavier BURES

Sources : Archives départementales du Calvados

1950… Abbé Saint-Jean

L’abbé Saint-Jean : une figure locale

photo0275.jpg

Abbé Saint-Jean

photo0277.jpg

L’abbé apprend à nager.

L’abbé Saint-Jean pris part très activement à la vie de la petite cité.

Il habitait un baraquement où se situe actuellement le pavillon qui faisait office de Primeur, soit devant l’ancien parvis de l’église.

Grâce à l’abbé,nombreux sont les enfants au apprirent à nager dans le canal, nombreux sont-ce qui découvrire la vie culturelle à travers le théâtre ou la musique.

Xavier BURES

Sources : locales

1970 … Annie Girardot

photo0280.jpg

Annie Girardot de retour à Blainville,

ici avec l’Abbé Saint-Jean.

Annie commença le théâtre grâce à la petite troupe de l’abbé. l’abbé décelant des qualités certaines à Annie fit en sorte qu’elle s’inscrive aux cours.

la maman d’annie était alors sage femme à la maternité de Bénouville à prosimité du lieu où elle vivait, à la maison appelée « le nid » (proximité de l’église de Bénouville).

Annie rendra son dernier souffle en 2011

1960… : Fanfare blainvillaise

photo0281.jpgphoto0282.jpg

photo0284.jpgphoto0285.jpg

 

1900 : Route Ouistréham

Blainville-sur-orne : carte postale ancienne, photo, illustration

Le lieu de cette photo est l’actuelle pizzeria. Cette photo fut prise dans les environs de la pharmacie Colbert.

1920 : SNC Naval

1920 : SNC Naval dans Blainvillais d'hier BB140703

Blainville fut dans les années 1920 et 1930 un lieu de construction de cargos, de navires de guerre. La Société navale française permit à la commune de voire croître le nombre de ses habitants.

Pour logers les ouvriers des chantiers navals furent construits les maisons des brandons, les maisons Gilles et l’immeuble dit « des célibataires » (années 1920, 1921…).

A ce titre, la ferme de Lamberville connue de nombreux travaux de transformation en diverses petites maisons de ville dans une enceinte fermée.

snc4.jpg      snc3.bmp 

snc2.bmp      snc1.bmp


123456

Xavier BURES

Xavier BURES

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

  • Album : Bénouville
    <b>Bénouville 2014-2020</b> <br />

Commentaires récents

    Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne

    BIJOU_CONTEMPORAIN_JEWELRY |
    Françoise Fourteau-Labarthe |
    Aidez les jeunes artistes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tableaux de Christian Maillot
    | louloutedu91
    | Julie C.